Une doctorante nous parle de la formation Nanosciences-Nanotechnologies

A. Drevin doctorante à l’Institut Pprime nous parle de la formation thématique ‘Les nanosciences et nanotechnologies’ :

Les nanotechnologies ne cessent d’évoluer et de nous surprendre.
Certains parlent même d’une troisième révolution industrielle. Sans le
savoir nous sommes entourés de nanoparticules. Il est à noter que les
particules de dimension nanométrique ont toujours existé :
-l’ADN, la fraction fine du sable du désert, les fumées d’origine volcanique, les
feux de forêts,
-à cela se rajoutent plus de mille produits manufacturés
connus contenant des nano-objets : nanoparticules de TiO2 dans les crèmes anti-UV, peintures anti UV et matériels autonettoyant (vitres), nanoparticules de silice (effet antiagglomérant) dans le ketchup, sucre et vinaigrette, nanotubes de carbone dans les farts de ski, raquettes, cannes de golf et cadres de vélo, des nano feuillets d’argile dans les balles de tennis, nanoparticules d’argent (effet antibactérien) dans les pansements,
textiles.
La liste est loin d’être exhaustive. On peut retrouver une
partie des produits commercialisés sur le site :
http://www.nanotechproject.org.
La nanotechnologie touche de nombreux secteurs industriels :
automobile, énergétique (solaire), électronique sans oublier la
médecine ou de nombreux espoirs sont portés sur le traitement du
cancer grâce à l’utilisation de nanovecteur.

Le cycle de conférences était très intéressant car les nanotechnologies font l’objet d’un débat assez vif et de nombreuses questions ont été
soulevées :
– Comment définir les nano-objets sachant que les nanoparticules ont
tendance à s’agglomérer ? La définition même des nano-objets ne fait
pas l’unanimité. Par conséquent l’étiquetage des produits
commercialisés ne mentionne que très rarement les nanoparticules
pourtant bien présentes.
– La réglementation sur les risques (REACH) sur l’homme et
l’environnement apparait floue et insuffisante. Celle-ci est sans
cesse remise en cause.

Cependant il est impératif de prévenir les risques sans pour autant
bloquer le développement de cette technologie qui apparaît très
prometteuse.

Recherche

Menu principal

Haut de page